Coronavirus

  • Par
  • Le 18/03/2020

FleurisementCher famille, amis et clients

Par ces temps de crise sanitaire, ne vous sentez pas isolés, je suis disponible et à l’écoute des personnes.

Si nous ne pouvons nous rencontrer, nous pouvons nous écrire, nous téléphoner et/ou nous voir grâce à la technologie…selon votre choix.

Je vous partage comment je me débrouille pour rester en forme avec des compléments alimentaires, phycocyanine, spiruline, curcumine et miel sont au programme, je suis prête à vous expliquer comment cela fonctionne.

Des huiles essentielles : Ravintsara et Tea Tree (arbre à thé) en magasin Bio ou à la pharmacie.

Pour vous protéger des virus, il faut appliquer deux gouttes pures de Ravintsara, sans frotter, sur les poignets et avant-bras, chaque matin et soir, cinq jours sur sept (vous pouvez aussi utiliser une goutte de ravintsara et une goutte d’arbre à thé, plutôt que 2 gouttes de ravintsara).

Pour toutes les personnes qui connaissent déjà les produits voici le lien pour commander directement en cas d’urgence, car pour l’instant c’est plus pratique et rapide, cliquez sur "je visionne le catalogue" : 

Je visionne le catalogue

 

J’ai eu cet article et je me suis dit que cela pourrait vous intéresser. Tout ce qui est en jaune vient de :

La Lettre Santé, Corps et Esprit

Le Ministre de la Santé Olivier Véran a déclaré samedi :

« La prise d'anti-inflammatoires (ibuprofène, cortisone, ...) pourrait être un facteur d'aggravation de l’infection »

Il a raison : en cas de fièvre, ne prenez surtout pas de médicament anti-inflammatoire comme :

  • L’Ibuprofène (Advil, Nurofen…)

  • Le Diclofénac (Voltarene)

  • L’aspirine

Mais il y a un autre médicament à éviter à tout prix.

C’est le paracétamol (Doliprane, Dafalgan, Efferalgan…).

Certes, le Ministre de la Santé a dit exactement le contraire.

Voici la totalité de sa déclaration :

« La prise d'anti-inflammatoires (ibuprofène, cortisone, ...) pourrait être un facteur d'aggravation de l’infection.

En cas de fièvre, prenez du paracétamol ».

Mais je le dis haut et fort : cette déclaration est irresponsable.

Plusieurs médecins m’ont appelé ce week-end pour me demander de vous dire la vérité.

Ils n’osent pas le faire eux-mêmes, de peur d’être sanctionnés.

Faire baisser la fièvre est UNE FOLIE

Cela fait 50 ans que le Prix Nobel de Médecine français André Lwoff

l’a démontré[1]

Cela fait des dizaines d’années que les médecins « éclairés » le disent à leurs patients.

Cela fait 4 ans que la Haute Autorité de Santé l’a reconnu, du bout des lèvres[2].

Cela fait 2 ans que l’un des plus grands spécialistes des virus au monde l’a clamé publiquement[3].

Faire baisser la fièvre artificiellement, par un médicament, est DANGEREUX.

C’est presque toujours une mauvaise idée, quelle que soit l’infection.

Mais contre le coronavirus chinois, cela peut avoir des conséquences catastrophiques.

Je rappelle que ce virus commence à infecter votre nez et votre gorge.

Et si le virus en reste là, vous ne risquez rien.

Les problèmes commencent quand le virus gagne vos poumons.

Votre priorité est donc de tout faire pour l’éviter, quand vous avez de la toux ou de la fièvre.

Il existe des gestes simples, dont les autorités ne vous parlent pas et qui peuvent vous y aider (je vous les détaille ci-dessous).

Mais s’il y a bien une chose à ne surtout pas faire, c’est faire baisser la fièvre avec un médicament.

Car la fièvre est votre première ligne de défense contre la propagation du virus dans vos poumons.

Écoutez le Pr Paul Offit, chef de la Division des Maladies Infectieuses à la Perelman School of Medicine de l'Université de Pennsylvanie :

« De nombreuses études ces dernières années ont montré que prendre des médicaments pour faire baisser la fièvre nuit à la capacité du corps à surmonter une maladie »[4].

Pour résumer, retenez que :

  • Les virus ne résistent pas à une haute température: c’est pour tuer les virus que la chaleur de votre corps augmente avec la fièvre !

  • A haute température, notre système immunitaire fonctionne mieux – surtout les cellules immunitaires spécialisées pour tuer les virus et bactéries !

Pourquoi vous devez éviter AUSSI le paracétamol

Le paracétamol, comme les anti-inflammatoires, a le grand tort de faire baisser la fièvre artificiellement, et c’est une raison suffisante de ne pas en prendre.

Mais en plus, si vous en prenez pendant plusieurs jours, vous avez de vrais risques de vous retrouver à l’hôpital pour une défaillance du foie. Rappelez-vous de Naomi Musenga, cette femme qui est morte après avoir appelé les urgences… sans qu’on la prenne au sérieux.

Eh bien le Procureur de Strasbourg a découvert que sa mort était liée à « une intoxication au paracétamol absorbé par automédication sur plusieurs jours ». De fait, dès que vous prenez 2 ou 3 grammes par jour, vous mettez votre foie en grave danger.

Selon un rapport du Ministère de la Santé du Canada, 1 cas sur 5 d’intoxication gravissime au paracétamol a lieu alors que le patient a respecté la dose autorisée[15].

Et bien sûr, si vous dépassez la dose maximale (plus de 3 grammes par jour[16]), vous prenez encore plus de risques

…et c’est ce qui pourrait se passer avec la déclaration irresponsable de notre Ministre ! J’imagine déjà les milliers de gens qui vont se ruer à la pharmacie pour acheter du paracétamol, en croyant que c’est efficace contre le coronavirus !

S’il vous plaît, transférez cette lettre autour de vous, il faut absolument éviter ça ! Surtout qu’il y a encore un autre risque avec le paracétamol : il épuise vos réserves de glutathion !Or le glutathion est le « maître des anti-oxydants » : il permet à d’autres vitamines cruciales, comme les vitamines C et E, de jouer pleinement leur rôle.

Et surtout, le glutathion est utilisé par notre système respiratoire pour protéger ses cellules saines contre les dégâts inflammatoires[17].D’ailleurs, c’est parce qu’une substance comme l’acétylcystéine (NAC) augmente vos réserves de glutathion qu’elle fluidifie les bronches et protége vos poumons.

Bref, c’est, à tous points de vue, une TRÈS MAUVAISE IDÉE de prendre du paracétamol.

Selon la Haute Autorité de Santé, la seule justification du paracétamol est la « lutte contre l’inconfort » liée à la fièvre[18].

Mais il vaut mieux pour vous être « inconfortable » pendant quelques jours, avec une fièvre à 39,5°, plutôt que de vous retrouver hospitalisé, avec assistance respiratoire.

Et à ce sujet, n’allez surtout pas encombrer les hôpitaux si vous avez « seulement » de la fièvre. N’appelez le SAMU (15) que si vous avez du mal à respirer !

Maintenant qu’on a vu ce qu’il ne faut pas faire, voici ce qu’il faut faire.

J’ai un peu affiné le « protocole naturel anti-coronavirus » depuis ma dernière lettre sur le sujet, pour qu’il soit encore plus simple à réaliser.

Vulnérable ou pas, voici ce que vous devez faire MAINTENANT

Que vous soyez une personne vulnérable ou non, vous avez tout intérêt à être le mieux préparé possible, physiquement.

Cela passe d’abord par trois gestes simples :

  • Une bonne alimentation – évitez les aliments sucrés qui plombent les défenses immunitaires, et mangez assez léger (remplissez-vous au 9/10ème, comme disent les Japonais) ;

  • Un bon sommeil– pour vous aider, éteignez cette foutue télé et arrêtez de regarder les news anxiogènes, surtout le soir !

  • Et une activité physique douce et régulière, ce qui est, d’ailleurs, un des meilleurs « anti-stress » qui existe (je dis bien « douce », ce n’est pas le moment de faire un marathon ou de la musculation intensive).

Je conseille aussi de prendre deux compléments alimentaires.

 

Prenez bien soin de vous et vos proches, à très vite

Sylvie Graf

06 61 47 59 73

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !